Les Pornophiles (Podcast) – L’histoire de la porno au Québec (avec Éric Falardeau)

https://baladoquebec.ca/#!/les-pornophiles/lhistoire-de-la-porno-au-quebec-avec-eric-falardeau

Cette semaine, Yan, Lisa et Hugo reçoivent Éric Falardeau, un Pornophile diplômé (!), qui leur en apprend beaucoup sur l’histoire de la pornographie au Québec. Comment sommes-nous passés de Deux Femmes en Or à des castings party dans des stationnement de bars louches? C’est ici que vous aurez la réponse.

On aborde également l’expérience de l’invité en tant que nouveau réalisateur de film porno, en plus de discuter d’un champ de recherche universitaire en pleine expansion : les porn studies!

Merci à Joel Avery au son et Jam et P.Dox pour leur jingle « J’check du porn ».

Double lancement : I Confess: Constructing the Sexual Self in the Internet Age

https://www.mqup.ca/i-confess–products-9780773559103.php

Je participe à cette publication internationale avec un essai intitulé « Camming and Erotic Capital: The Pornographic as an Expression of Neoliberalism ». Il s’agit d’une version traduite de mon texte qui avait remporté le prix de l’essai étudiant de l’Association canadienne d’études cinématographiques en 2018.

 

Deux dates :

le vendredi, 29 novembre

de 16h à 18h

GEM Lab, Université Concordia

1250 rue Guy, #FB 630.15

 

le samedi, 30 novembre

de 16h à 18h

L’Euguélionne, librairie féministe

1426 rue Beaudry

 

Résumé :

A critique and excavation of sexual confession as the key ritual of twenty-first-century moving image culture, from the banal to the forbidden.

In the postwar decades, sexual revolutions – first women’s suffrage, flappers, Prohibition, and Mae West; later Alfred Kinsey, Hugh Hefner, and the pill – altered the lifestyles and desires of generations. Since the 1990s, the internet and its cataclysmic cultural and social technological shifts have unleashed a third sexual revolution, crystallized in the acts and rituals of confession that are a staple of our twenty-first-century lives.

In I Confess!, a collection of thirty original essays, leading international scholars such as Ken Plummer, Susanna Paasonen, Tom Roach, and Shohini Ghosh explore the ideas of confession and sexuality in moving image arts and media, mostly in the Global North, over the last quarter century. Through self-referencing or autobiographical stories, testimonies, and performances, and through rigorously scrutinized case studies of « gay for pay, » gaming, camming, YouTube uploads, and the films Tarnation and Nymph()maniac, the contributors describe a spectrum of identities, desires, and related representational practices. Together these desires and practices shape how we see, construct, and live our identities within this third sexual revolution, embodying both its ominous implications of surveillance and control and its utopian glimmers of community and liberation.

Inspired by theorists from Michel Foucault and Gilles Deleuze to Gayle Rubin and José Esteban Muñoz, I Confess! reflects an extraordinary, paradigm-shifting proliferation of first-person voices and imagery produced during the third sexual revolution, from the eve of the internet to today.

Table ronde: Le corps et ses mutations

Dimanche 8 septembre 2019 de 18h30 à 20h

L’instant même vous donne rendez-vous au Port de tête | Sciences humaines (269, avenue du Mont-Royal Est) pour assister à une table ronde consacrée au corps et à ses mutations en compagnie de Dominique Leclerc (Post Humains, théâtre documentaire), Éric Falardeau (Le corps souillé, essai sur le cinéma gore et pornographique) et Philippe St-Germain (Kaléidoscorps, essai sur la littérature québécoise).
La discussion sera animée par Daniel Racine et sera suivie de périodes de questions et de signatures.

Pour célébrer la sortie récente de Kaléidoscorps (en librairie le 27 août), nous vous invitons également à un vin d’honneur à 18h.

Page Facebook de l’événement : https://www.facebook.com/events/1190466817793490/

« À un pied du désir » (La Presse)

Je n’ai peut-être pas « « massé les pieds à des millions de gonzesses » comme Vincent Vega, mais il m’arrive de jaser d’érotisme et de pieds au cinéma.  

 

https://www.lapresse.ca/societe/sexualite/201908/01/01-5235977-a-un-pied-du-desir.php

 

Extrait : « Les pieds de Margot Robbie sur le banc de cinéma. Les pieds de Dakota Fanning sur le divan. Les pieds de Margaret Qualley étampés sur le pare-brise. La tournure est peut-être facile, mais dans Once Upon a Time in… Hollywood, Quentin Tarantino le prend vraiment, son pied. De façon plus apparente, voire plus assumée que jamais. Et il semble maintenant moins seul dans sa passion. »

Une pinte de science

C’est avec grand plaisir que je participerai mardi le 21 mai 2019 à 19h au panel Pornographie : nos désirs sous influence dans le cadre de la nouvelle édition de l’événement national Une pinte de science !

L’événement se déroule sur 3 jours dans les bars de 25 villes canadiennes.

La conférence se tiendra au Pub l’Île Noire à Montréal (1649 Rue Saint-Denis).

Je présenterai une courte communication de 20 minutes intitulée De quelle (s) pornographie (s) parlons-nous ? Panorama d’un genre « honteux ».

Voici le résumé :

« Lorsque les médias généralistes abordent la pornographie, ils réfèrent implicitement à celle tournée par et pour un public hétérosexuel. Mais devant l’éclectisme de la production, les nombreux publics et les modes de distribution variés, une question s’impose pour mieux comprendre le genre, ses effets et son intérêt : de quelle pornographie parlons-nous ? »

Une Pinte de science « est une organisation à but non lucratif qui amène quelques brillants scientifiques dans un bar près de chez vous pour discuter de leurs dernières recherches et découvertes avec le public. Vous n’avez besoin d’aucune connaissance préalable, et c’est l’occasion de rencontrer les responsables de l’avenir de la science (et de prendre une pinte avec eux). Notre festival se déroule sur quelques jours au mois de mai chaque année, mais nous organisons parfois quelques événements exceptionnels en dehors des dates officielles du festival. »

Au plaisir de vous y voir… avec une pinte pour la science !