The Most Disturbing Horror Movies

https://www.ranker.com/list/most-disturbing-horror-movies/orrin-grey

« Depending on who you ask, Thanatomorphose will either « fascinate, aggravate, and impress, » or it’s « all grue, little substance. » No one will tell you that this 2012 Canadian body horror flick is something that you should watch on a full stomach. Even the film’s detractors say that it « ought to challenge even the most robust of gore fans when it comes to some of its nastiest moments. » 

For most of the film, it’s a one-woman show, as Kayden Rose plays Laura, a woman with a decaying personal life whose body abruptly begins to decay as well after a night of particularly rough intercourse. The bruises that she finds the next morning don’t fade. Instead, they spread and eventually become something much worse. While Rose may be the star, the « special effects are the true stomach-churning winner of the day, » according to Dread Central. »

Orrin Grey

[Je me souviens] Thanatomorphose: horreur corporelle

« Thanatomorphose est une œuvre exigeante qui n’est pas à la portée de tous. En plus d’être assez graphique, le rythme est lent et l’atmosphère est anxiogène. Ainsi, l’entièreté du long métrage se déroule dans l’appartement de Laura (Kayden Rose). À aucun moment notre regard se porte à l’extérieur. Même les rares fenêtres de l’endroit sont masquées ou hors-champ. La dépression dans laquelle s’enfonce la jeune femme est donc fortement ressentie par le spectateur (ce qui en fait un film difficile à voir, surtout en période de post-confinement). »

La suite ici :

« Evil Dead, le film préféré de Fellini ? » (Critique sur Les 400 culs)

Critique de mon dernier essai « Le corps souillé : Gore, pornographie et fluides corporels » sur le blog Les 400 culs du quotidien français Libération !

Le livre est toujours disponible en librairie ou sur commande au Québec ainsi qu’en Europe.

« Vous voyez les gros plans d’éjaculation dans le porno ? Eh bien, dans le gore, c’est pareil mais en rouge. Intitulé “Le corps souillé”, l’essai qu’Éric Falardeau consacre aux fluides corporels défend l’idée que sperme ou sang, peu importe : mépriser le porn ou le gore trahit la même haine du corps. »

La suite ici :

http://sexes.blogs.liberation.fr/2020/05/20/saviez-vous-quevil-dead-etait-le-film-prefere-de-fellini/ 

Under the Bed 2 – DVD Review – XBIZ.com

« That is some serious dedication from everyone involved and the audience should appreciate it. I was also really impressed with this scene’s roots. It felt like a re-imagined, pornographic expansion on “The Raft” from “Creepshow 2” and it was incredibly well done. »

Pour lire le reste de la critique : https://www.xbiz.com/movies/251142/under-the-bed-2

Le site de la série et pour visionner les épisodes en ligne : https://www.underthebed.com

Pour se procurer le DVD : https://www.adultdvdempire.com/2772256/under-the-bed-volume-2-porn-movies.html

Voici 7 films de Noël douteux à (ne pas) regarder

Oubliez les classiques Le sapin a des boules et Maman, j’ai raté l’avion ou encore la série de films sur l’impératrice Sissi pour un instant, parce que l’industrie du film de Noël ne fait pas que dans la dentelle. Pour en témoigner, Radio-Canada.ca Arts a demandé à Éric Falardeau, réalisateur et cinéphile, de nous parler des productions qui ont tenté d’étirer la sauce des Fêtes pour le meilleur, mais surtout pour le pire.

 

La suite ici :

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1448438/7-films-noel-douteux-mauvais-papa-lutin 

Le corps souillé dans Le Monde

Les toilettes, dernier lieu de l’intime

Sujets tabous s’il en est, les fonctions de miction et d’excrétion provoquent souvent le dégoût. Mais le plaisir sexuel ne peut pas faire l’économie de la connexion avec les organes voisins, nous rappelle la chroniqueuse de « La Matinale », Maïa Mazaurette.

La suite ici :

https://www.lemonde.fr/m-perso/article/2019/11/24/les-toilettes-dernier-lieu-de-l-intime_6020300_4497916.html