INTÉRIEURS DU RITUEL : APPROCHES, PRATIQUES ET REPRÉSENTATIONS EN ARTS

Je suis très fier de partager avec vous cet essai académique intitulé « Transes extatiques : la pornographie cinématographique comme rituel » publié dans le cadre des actes du Colloque arts et médias de l’Université de Montréal.

Cliquez ici.

RÉSUMÉ

La pornographie est un genre cinématographique qui présente un ensemble de gestes codifiés et répétés de film en film pour le plaisir du spectateur. Avec cet essai, nous proposons de considérer le cinéma pornographique comme une « technique archaïque de l’extase » (Éliade, 1968) en nous appuyant sur la répétition qu’exhibe ce genre cinématographique. D’une part, la gymnastique pornographique partage de nombreuses similitudes avec la pratique du rituel. D’autre part, les récits offrent régulièrement des représentations de rites préparatoires et d’espaces ritualistiques. Le rôle central qu’occupe la performance (autant physique qu’esthétique) ferait donc de la pornographie filmée une forme de transe extatique et élèverait l’acte sexuel au rang de rituel. Ainsi, la mise en image d’actes sexuels serait une nouvelle manière de considérer l’opposition entre le sacré et le profane et, plus largement, le « pornographique ».

 

Merci à toute l’équipe. C’est un honneur d’être entouré d’un groupe de penseurs si talentueux.

Bonne lecture !

Requiem Fear Fest 3e édition

 

RFF

 

ThanatoFilms sera au Requiem Fear Fest à Montréal le 22 septembre 2018.

Je serai donc présent avec des copies DVD de l’édition Unearthed Films de Thanatomorphose, des affiches, des tshirts (image ci-dessous) ainsi que des copies des livres Une histoire des effets spéciaux au Québec et Bleu Nuit, Histoire d’une cinéphilie nocturne.

Il y aura aussi quelques surprises dont des éditions étrangères discontinuées…

Venez nous voir, apportez vos DVD à signer et tout le reste !

IMG_3885.JPG

 

 

ASSOCIATION CANADIENNE D’ÉTUDES CINÉMATOGRAPHIQUES – PRIX DE L’ESSAI ÉTUDIANT

Excellente nouvelle !

Mon essai « Camming et capital érotique: Le pornographique comme expression du néolibéralisme » s’est classé en première place (ex æquo) dans la compétition de l’essai étudiant de l’Association Canadienne des Études Cinématographiques.

2018 ex aequo:  Rachel Webb Jekanowski (Concordia University) and Éric Falardeau (UQàM)
“Resource  Frontiers  and  Cinematic  Geologies  of  the  Canadian  North” by Rachel Webb Jekanowski
“Camming et capital  érotique : Le  pornographique  comme  expression  du  néolibéralisme” by Éric Falardeau

Colloque Dans l’oeil du collectionneur conférence d’Éric Falardeau (Université du Québec à Montréal)

Colloque Dans l’oeil du collectionneur.

Mercredi 7 juin 2017 : poétiques de la collection

XIII- DES ARCHIVES AUX FILMS, DES FILMS AUX ARCHIVES
Président de séance : Philippe Marion (Université catholique de Louvain)

Conférence de Éric Falardeau (Université du Québec à Montréal), « Screw the archives : naissance et impact de la cinéphilie pornographique »

Circuit : Dossier La traduction osée

http://www.circuitmagazine.org

J’ai eu le considérable honneur de codiriger avec Dominique Pelletier et Philippe Caignon le dernier dossier de Circuit sur la traduction érotique et pornographique.
Au menu : des contributions de Pier Pascale Boulanger, Anne-Marie Rivard, ainsi que des entrevues avec un acteur de doublage X et l’iKOnique Gérard Kikoïne.

Il y a également un bref article écrit à quatre mains avec Dominique sur l’histoire du cinéma pornographique québécois. Il s’agit d’un avant-goût de recherches plus poussées dont nous publierons les résultats bientôt.

 

Présentation du dossier par Philippe Caignon, terminologue agréé et traducteur agréé : « Aborder le sujet du présent dossier est délicat, même en traduction et en terminologie. En effet, il porte sur l’érotisme et la pornographie. Comme langagières et langagiers, nous sommes bien entendu appelés à travailler sur des textes de disciplines variées visant des publics différents. Par conséquent, il n’est pas surprenant que nous soyons aussi sollicités pour traduire des textes dits « osés ». En revanche, on n’en fait pas nécessairement la publicité : a-t-on déjà entendu des collègues clamer haut et fort qu’ils travaillent dans la pornographie? »

Bonne lecture et merci à celles et ceux qui ont contribué de près ou de loin à ce numéro.

(Simplement cliquer sur les hyperliens pour avoir accès aux articles.)